Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 janvier 2011 2 04 /01 /janvier /2011 17:56

Parc des Charmilles ou ailleurs, telle est la question:le projet d'école est soumis à concertation par la municipalité; Jean Pierre NICOL et LES AMIS DE MANDRES réagissent par un courrier-argumentaire adressé à Monsieur le Maire:

  Au sujet d'un projet de

création d'une école unique de 12 classes

           Novembre 2010

 D’après les renseignements oraux qui m’ont été communiqués.

 

1/  LE SITE

    Parc des CHARMILLES : Situation : face à l’église, orienté approximativement N-S

                                                     Entrée principale : rue Paul Doumer

                                                     Entrée secondaire : groupe scolaire, rue de Rochopt.

 

    Le parc est actuellement occupé par :

-   un jardin d’agrément ouvert au public (mûrier pluri centenaire) et un pavillon de gardien de l’ancien   manoir (XVIIème siècle).

-      un gymnase appelé Georges VIBERT, dédié essentiellement aux activités sportives associatives.

-       un plateau d’évolution sportive

-       un groupe scolaire avec une cantine et un réfectoire.

  

2/  LES PROBLEMES POSES

-       un accroissement de la population dans les années à venir (logements sociaux, urbanisation, rue de Verdun, rue de Servon et peut-être, rue François Coppée).

-       un encombrement, voire une saturation des services de cantine.

-       les classes sont actuellement réparties sur deux sites, Parc des Charmilles et place Charles de Gaulle. Cette disposition oblige à faire parcourir le chemin d’un site à l’autre (aller et retour) à un groupe d’élèves important à l’heure des repas.

  

3/  DONNEES URBANISTIQUES

A.  Les possibilités de développement, hors cadre PLU. qui peut être modifié à certaines occasions.

       a. secteur Vallées-Noirat : peu de terrains disponibles (SW de Mandres)

b. rue Paul Doumer, trois communes : faible potentiel (N de Mandres).

c. ZAC et Chemin Vert : potentiel existant mais peu probable -zone réservée- (WNW deMandres).

d. Mont-Ezard : pas de potentiel (NW de Mandres).

e. Village (rue du Général Leclerc, rue de Brie, rue Cazeaux) : potentiel faible, peu de terrains disponibles.

 f. rue de Verdun, rue de Servon : potentiel existant, potentiel élevé, projets annoncés (N et NE de Mandres).

 g. rue François Coppée : potentiel élevé mais protection de la zone horticole.

 

A noter les deux zones d’aménagement futur, face au cimetière et entre celui-ci et le collège.

 

B.    La population est plus nombreuse au Nord d’une ligne qui suivrait la rue René THIBAULT, le chemin des Vinots, le chemin des Champs et le fond de cour n° 9 ou Grand Cour et les projets envisagés renforceront ce déséquilibre.

 

C.    La rue du Général Leclerc fonctionne en ‘’entonnoir’’.

Le trafic en provenance de (1) Villecresnes, (2) de Santeny (RN19)  et (3) de Périgny-sur-Yerres, vers Boussy-Saint-Antoine est obligé d’emprunter cette voie : statut départemental de ces voies, comme la rue Paul Doumer vers Boussy.

   

4/   REMARQUES SUR L’IMPLANTATION

A.   Près de 2 élèves sur 3 (actuels ou à venir) sont situés au Nord de l’implantation actuelle (estimation à  vérifier, mais vraisemblable). La distance à parcourir sera de plus d’1 km pour la moitié d’entre eux.

 

B.   La disposition des bâtiments (S.N.O. surface hors œuvre + emprise au sol), la surface de la cour de récréation  et des aires de circulation conduira nécessairement à diminuer la surface accessible à tous ;de même, la disposition des accès et les mesures dites de sécurité, modifieront le jardin d’agrément et l’aire d’évolution sportive.

 

C.  La démolition du groupe scolaire et la construction de nouveau  bâtiment entraînent 

l'indisponibilité des classes pendant au moins deux ans.

Il paraît donc logique d’envisager l’implantation de bâtiments préfabriqués.  

Sur quel terrain ? (normes  scolaires à respecter), pour quel coût ?

Ce coût doit être intégré  dans le calcul du coût total direct, imputé au projet.

 

               D. L’aspect « poumon vert »’ du parc des Charmilles aura disparu ou, au mieux, sera notablement amoindri.

La CHARMILLE, berceau d’arbres alignés au long de la clôture actuelle de l’école n’a pas été remplacée.

       S’il reste encore quelques arbres, quel avenir pour ceux-ci ?

 

  5/  REMARQUES SUR LA DESSERTE

      La circulation sera concentrée vers le sud du village, principalement Rue du Général Leclerc, secondairement    Rue Paul Doumer et l’accès à l’école est situé sur une seule rue à 2 voies de circulation ont l’une est souvent    encombrée par le stationnement local. La rue de Rochopt est destinée à une desserte locale, pas à une    circulation de transit.

 

      L’encombrement relatif de l’accès à l’école aura des répercussions sur le carrefour de la place du Général de   Gaulle avec une probabilité élevée : le fait de devoir tourner à gauche vers la rue de Rochopt depuis la Rue   Paul Doumer engendrera nécessairement des difficultés ; Faudra-t-il aménager la Rue Paul Doumer (tourne à   Gauche, feu temporaire, îlot directionnel) ? D’autant que l’espace disponible à cet endroit est chichement   mesuré.

 

      La majeure partie de la circulation induite par le groupe scolaire empruntera la rue du Général Leclerc et   s’ajoutera au flux de transit qui la parcourt (voir plus haut 3.e). La redistribution des flux à partir de la place du Général de Gaulle impose de reconsidérer l’aménagement de ce carrefour et des accès au parking.

 

      Le débouché de la Rue de Rochopt au Sud s’effectue sur la rue des Chartreux (partie commune avec Boussy-   Saint-Antoine) et sur la rue du Faubourg des Chartreux. Cet axe est un ancien chemin de terre assez étroit qui a été aménagé, il y a une trentaine d’années, pour la desserte locale en raison de la construction de plusieurs  pavillons. La circulation y est malaisée en raison du stationnement (assez anarchique et non réglementé) de  véhicules. Un recadrage de cette voie devrait être sérieusement envisagé.

 

      Enfin l’entretien des chaussées posera  à  terme des difficultés en raison de l’inadaptation de la bande roulante à un trafic important.

    

6/  REMARQUE A PROPOS DE COMMERCE LOCAL.

      Conséquence du point précédent : le débouché de la Rue de Rochopt distribue la circulation soit à gauche, vers Bousssy; soit à droite, vers Villecresnes et Brunoy.

     Ces deux pôles urbains accueillent des équipements commerciaux directement concurrents du commerce   mandrion.

     A Boussy-Saint-Antoine : centre Commercial CORA (grande distribution, parking spacieux, plusieurs établissements commerciaux d’équipement), place du marché avec plusieurs commerces.

       A Villecresnes-Cercay : INTERMARCHE, à Brunoy : MONOPRIX et tissu commercial.

 

 

7/  REMARQUE SUR LE COÛT ECONOMIQUE

      L’amortissement économique (distinct de l’amortissement financier, généralement confondu avec le  remboursement des emprunts, en omettant le coût de reconstitution des fonds d’investissement) est calculé sur une période de 75 ans : services rendus à la collectivité pour le bâtiment.

 

      La destruction ou remodélation (ou tout autre déguisement pour mots) du bâtiment scolaire actuel des Charmilles entraîne une ‘’perte d’exploitation’’.

 

      L’actualisation du coût induit par cette ‘’perte d’exploitation’’ (estimation à revoir en fonction du coût initial ramené en prix actuels, plus amortissement restant sur 25 ans environ, plus coût de remplacement amorti sur 75 ans, moins coût annuel d’entretien) serait assez faible mais cependant significatif.

 

      En outre, l’anticipation de la dépense pèse sur le budget d’investissement de la commune (lequel est déjà fort mal en point compte tenu de l’endettement et des opérations à amortir) et diminue l’éventuel surplus qu’une gestion sur le long terme doit occasionner.

 

 

8/  A PROPOS DE LA CANTINE

      L’implantation de bâtiments scolaires sur plusieurs sites pose des difficultés pour le repas des élèves (distribution ou regroupement des élèves).

      La construction d’un nouveau groupe scolaire accompagné d’une restructuration de la cantine actuelle permettrait peut-être de résoudre cette difficulté.

      La réalisation d’une liaison chaude (transport des plats chauds ou préparés par la cuisine ‘’centrale’’) associée à l’implantation d’un réfectoire dans chaque groupe, abolirait la circulation des élèves entre les sites.

 

  9/  HIERARCHIES ET PREOCCUPATIONS.

      Tous les problèmes ne sont pas de même importance.

 

   En premier lieu :      La circulation. Ce point doit être examiné à la lumière du PLU et dans la perspective d’un   plan général de circulation englobant toutes les voies de transit et de desserte principale du village.

   En second lieu : Affiner le choix des sites d’exploitation scolaires en fonction du dimensionnement.

   En troisième lieu : cantine et liaison chaude.

     

Enfin l’analyse comparative des diverses solutions existantes ou potentielles (la sagesse voudrait qu’il soit envisagé au moins deux projets).

 

« En toute chose, il faut considérer la fin »

LA FONTAINE : Le renard et le bouc.

 

Ce mémoire a été rédigé par Jean-Pierre.NICOL

 

Partager cet article

Repost 0
Published by les.amis.de.mandres.over-blog.org - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Alain ZASLAVSKY 15/04/2011 09:59


Se rencontrer serait certainement une bonne chose. Reste à préciser qui et dans quel cadre. Je ne me vois pas empiéter sur les prérogatives des élus. J'ai déjà développé mes arguments en faveur
d'une école unique pas seulement pour des questions de construction mais surtout pour limiter une certaine complexité : affectation des enseignants, direction de l'école, répartition des élèves
entre les deux sites... j'en oublie sûrement. Votre idée de maintenir six classes aux Charmilles ne pourrait s'entendre qu'en rebâtissant purement et simplement le groupe scolaire. Les classes
actuelles sont indignes d'une école. Leurs "ravaudages" successifs ont déjà coûté une fortune ! Le coût des équipements périscolaires ne me semble pas être pris par vous en considération. Je
souhaite que nous puissions reprendre cette discussion, de manière plus directe comme vous le désirez, après les vacances scolaires.


Alain ZASLAVSKY 12/04/2011 12:19


Permettez-moi de trouver cette réponse un peu courte et superficielle. La présence d'élus au sein d'une association ou de membres d'une association parmi les élus ne change pas grand-chose sur le
fond : l'information peut circuler et des opinions s'exprimer...
Mais comment dois-je considérer votre silence sur les autres points de mon commentaire ? Vous me suggériez d'argumenter, je l'ai fait.
Il me semble aussi que vous ne relevez pas un point au moins sur lequel nous sommes d'accord : l'école élémentaire de Mandres doit être repensée et rebâtie différemment. Les conditions actuelles ne
sont pas, si elles l'ont jamais été, acceptable pour l'ensemble de la communauté scolaire.
Quant au délai, laissez moi la liberté de penser que cette situation n'a que trop duré !


R.B. 13/04/2011 13:38



Monsieur Zaslavsky,


 Il me semble que je vous ai déjà répondu en vous écrivant que la priorité des priorités


à Mandres, c’était la construction d’un ou deux groupes scolaires.


Pour autant, il ne faut pas faire n’importe quoi.


La rénovation du système scolaire doit aussi être l’occasion d’améliorer
notre patrimoine, pas de le détériorer.


Personnellement, je suis favorable à deux écoles, l’une (6 classes ) aux
Charmilles, l’autre entre le cimetière et le collège ( 7 ou 8 classes ) dont l’une élémentaire.


Réunissons-nous autour d’une table et
discutons. - René BOUREAU-



Alain ZASLAVSKY 11/04/2011 13:15


Je laisse Monsieur N à son mépris... s'il n'y a, à Mandres, aucune arrière pensée foncière sur les terres actuellement agricoles, mille fois tant mieux ! mais, il faut être diablement naïf pour ne
pas considérer qu'une future expansion démographique ne mettra pas en question le devenir de ces terres dont une bonne partie reste actuellement en friche.
Mais, je voudrais compléter mon commentaire précédent :
Nulle part, dans les commentaires de mon commentaire, je ne vois figurer de référence quelconque au coût des différentes options.
Plusieurs éventualités se présentent :
Un site : une école aux Charmilles, une cantine, l'équipement sportif existant.
Un site : une école ailleurs (près du collège, par exemple), une cantine, coût supplémentaire pour l'équipement sportif.
Deux sites : deux écoles, deux cantines, deux équipements sportifs ? Coût pratiquement double d'un seul site.
Constatations :
Les locaux de l'école Charles De Gaulle, sont en mauvais état, des frais de réhabilitation et de mise aux normes seraient considérables. Il n'y a pas de cantine, le gymnase est aux Charmilles et
son utilisation nécessite des allées-venues quotidiennes dont personne ne veut plus.
Les locaux des classes aux Charmilles, ravaudés année après année sont toujours dans un état indigne d'accueillir élèves et enseignants, bien que les dépenses effectuées pour leur entretien aient
pesé considérablement sur le budget de la commune.
Des années durant les choix furent remis à plus tard.
On a connu des années de "commission scolaire élargie" d'où rien ne sortait.
Pendant ce temps l'endettement de la commune a crû de manière impressionnante, freinant d'autant les projets nécessaires.
Que veut-on ? Un projet viable, financièrement réalisable ou bien des projets dont le coût serait tel que l'alternative se réduirait à les différer encore ou à alourdir notre fiscalité locale ?


Alain ZASLAVSKY 11/04/2011 12:20


Monsieur N me gratifie d'un Monsieur Z que je ne suis pas loin de trouver insultant...
Mais c'est accessoire...
Plus sérieusement, me reprocher de me "contrefiche(r)" de la circulation à Mandres constitue un procès d'intention inacceptable. J'ai simplement fait observer que quelque soit le lieu
d'implantation choisi, l'embouteillage aux heures d'entrée et de sortie de l'école fera partie du lot quotidien des Mandrions.
A cet égard, il n'y a qu'à tenter de circuler aux abords du collège, rue François Coppée à ces heures là !
Qui peut croire qu'y ajouter une école élémentaire de "n" classes, allègera le problème ?
Du temps, hélas lointain, où je présidais la principale association de parents d'élèves, Mandres connaissait sa première période d'expansion démographique. Nous choisissions Mandres pour l'agrément
de son cadre, mais déjà nous devions déplorer l'absence de certains équipements indispensables : manque de locaux scolaires et périscolaires (ah ! la saga épique pour convaincre la municipalité de
l'époque de la nécessité d'une cantine ! - au fait, je ne me souviens pas que l'implantation de cet équipement aux Charmilles ait soulevé d'objection de l'association) et par la suite des choix
discutables : surcharge de l'espace dans l'école Charles De Gaulle, implantation de classes aux Charmilles dans des locaux mal adaptés dès l'origine, à moins de considérer que ce qui n'était plus
satisfaisant pour une école maternelle était assez bon pour une école élémentaire ?
Pourquoi faut-il, à chaque fois, se heurter à la même difficulté pour changer quoi que ce soit ? Je me borne à constater que le "parc" des Charmilles est déjà passablement défiguré. Le gymnase
Vibert n'a rien de décoratif; "les" (je n'en vois qu'un) terrains de sport sont amputés d'une partie pour clôturer et sécuriser l'école. Reste l'entrée et le mûrier... Personne n'en veut à la vie
de ce vénérable végétal ! Et je trouve le procédé critiquable qui associe le sort de cet arbre à celui des enfants d'êge scolaire ! Le projet présenté convient aux parents d'élèves, aux
enseignants, aux autorités académiques ? Ce projet préserve la partie du parc qui est encore "en état" ? Foin de tout celà ! Seuls les amis de Mandres sont détenteurs de la Vérité. Je me suis
laissé dire que, contrairement à leurs affirmations, des membres de l'association ont participé aux travaux préparatoires. Plusieurs adhérents sont élus au Conseil Municipal. Que ne font-il
entendre leur voix ?
Sur la question : faut-il une ou deux écoles ? Les difficultés de fonctionnement actuelles de deux sites, les déplacements pluriquotidiens d'enfants entre les deux sites, mettent en évidence des
difficultés en terme de temps et de sécurité que les familles comme les enseignants, ne sont plus disposés à accepter.
Il n'y a pas de restaurant scolaire à Charles De Gaulle, celui des Charmilles s'avère déjà insuffisant pour l'effectif d'enfants inscrits. Une école unique, sur un site unique, avec des équipements
annexes sur site (gymnase, cantine) est apparu aux intéressés la forme la plus adéquate aux besoins. Un autre site que les Charmilles ? Les conditions à remplir seront les mêmes : douze classes,
une cantine, des équipements sportifs dédiés (il ne faut pas compter sur ceux du collège, réservés à l'usage des collégiens) qui viendront s'ajouter à l'investissement de base... Mais tout ça a
déjà été dit et redit depuis si longtemps que l'affaire reste en suspens...
Argumentez, me dites vous... Nombreux sont ceux - dont moi - qui n'ont cessé de le faire ! Pardonnez-moi, mais je trouve cette polémique juste bonne à différer encore les mesures indispensables...


les.amis.de.mandres.over-blog.org 12/04/2011 10:15



"Plusieurs adhérents sont élus au Conseil Municipal" dites-vous!


Disons plutôt que "des élus sont membres de l'association": ce n'est pas en "qualité d'Amis de Mandres"qu'ils ont été élus et qu'ils siègent au Conseil, en
s'efforçant de respecter le caractère confidentiel des délibérations et décisions municipales et l'indépendance de l'association.


Par ailleurs, comme nous, vous ne pouvez ignorer que certain(es) élu(es) sont également d'anciens membres de l'association; personne ne saurait en tirer pour autant
de conclusion sur le fondement réel et les motivations profondes de leur expression publique.


A chacun sa vérité!



Alain Zaslavsky 19/03/2011 16:54


Poumon vert ?
Le parc des Charmilles déjà "orné" d'un gymnase (dont chacun peut apprécier la qualité architecturale) d'une cantine scolaire (genre "algéco") et de salles de classes vétustes et en partie
installées dans du "préfabriqué, est soudain promu au rang de poumon vert de Mandres !
Les parents d'élèves de Mandres attendent une école et des installations périscolaires dignes de ce nom depuis plus de vingt ans. Le précédent maire est resté pendant sept ans, le "stylo" en l'air
(l'expression "stylo" est de lui). Il est donc urgent d'attendre encore. Les problèmes évoqués sont certes à considérer mais peut-on me dire où la circulation automobile, à Mandres, est
suffisamment fluide ?
Qui se trouve à proximité du collège peut apprécier les facilités de circulation et de stationnement ! La rue de verdun ne sera pas mieux lotie que la rue du Général Leclerc, la rue Paul Doumer ou
la rue de Rochopt... on changera juste de point d'engorgement. La répartition future de la population Mabndrionne semble avoir fait l'objet d'une évaluation "pifométrique", pardonnez-moi. A moins
d'imaginer une urbanisation des terres de Rosebrie (serait-ce le vœu inavoué de certains ?), la densité de population restera prépondérante sur la "ZAC" et ce ne sont pas quelques "petits"
programmes qui changeront profondément cette répartition. Quant à la réalisation des travaux,il a été fait part d'un processus qui évite justement des inconvénients et des surcoûts, mais
apparemment vous ne semblez pas avoir participé les réunions de la commission préparatoire ou perçu leur contenu.


les.amis.de.mandres.over-blog.org 03/04/2011 09:14



Oui, monsieur ZASLAVSKY, le parc des Charmilles reste malgré tout un poumon vert dans le centre-bâti de
Mandres.


 Si, en
remontant la rue de Rochopt, vous le longez en direction de l’église, vous y verrez une rangée d’arbres en bon état, des terrains de sport, un terrain de boules, un jardin public avec des
arbustes.


 Si vous y
construisiez une école de 14 ou 16 classes, cet espace qui mérite, je vous l’accorde, d’être mieux entretenu, deviendrait un ensemble bétonné, la partie « jardin public » devenant à
coup sûr un parking. La rue de Rochopt deviendrait un entonnoir à voitures, occasionnant dans tout le village des bouchons inextricables aux heures d’entrée et de sortie de
l’école.


 Je suis
d’accord avec vous pour dire que la priorité des priorités à Mandres, c’est bien la construction d’un ou deux groupes scolaires ; ce n’est pas pour autant qu’il faille faire n’importe quoi.
La solution passe probablement par une école de 6 classes aux Charmilles et un nouveau groupe scolaire de 6 ou 8 classes, voire davantage, entre le cimetière et le collège. La commune y possède
une parcelle de 5000 mètres carrés, des terrains sont déjà classés en zone d’aménagement future, des terrains en friches  peuvent être acquis par la commune ou classés en réserve foncière en
prévision de l'avenir.


 J’aurais pu
expliquer tout cela au cours des réunions du groupe de travail « Nouvelle école », mais, peut-être ne le savez-vous pas, « LES AMIS DE MANDRES » sont systématiquement écartés
des groupes de travail crées par la municipalité. Bonjour la démocratie.


 Quoi qu’il en
soit, je ne laisserai pas détruire le village.


 Veuillez
agréer, Monsieur, l’expression de mes cordiales salutations.


René BOUREAU Président des Amis de Mandres


 PS –
Je ne vois pas le rapport avec le Domaine de Rosebrie.


  ****************************************************************


Réponse n°2:


Les Amis de Mandres sont nés en 1975 pour la défense de l’environnement et du patrimoine;
ce n’est pas une association à vocation politique. Seul l’intérêt communal général est inscrit dans les statuts. Concédons que son action auprès des élus successifs n’a certainement pas porté
tous ses fruits car chacun peut constater que depuis « plus de 20 ans » il n’y a pas que le dossier « école » qui n’avance pas à Mandres : des dossiers ouverts sous les
précédentes mandatures sont toujours autant de boulets que les mandrions traînent, Beauséjour étant emblématique de cette apparente incurie municipale, récurrente, à prendre des décisions viables
dans l’intérêt des habitants. Quelques élus changent de nom, mais le pouvoir municipal de décision reste  « backstage » comme on dit dans le
show-biz !


 


 Sur l’école : même si on peut penser que les parents d’élèves ont changé depuis « plus de 20 ans » l’école
primaire reste toujours mal lotie, faute de projet, depuis « plus de 20 ans ». Aujourd’hui l’absence de véritable concertation entre les élus et leurs administrés ne peut pas dissimuler
une gêne municipale à défendre un projet municipal « proritaire » sorti à la hâte d’un chapeau à claque mal lustré : 12, puis maintenant 16 classes (?!) aux Charmilles et la
« reconversion » induite, nécessairement coûteuse, des locaux scolaires actuels. Pourquoi ? Faute d’avoir été invités à suivre les diverses rencontres, réunions officielles sur le
sujet, pour tenter d’avoir une réponse Les Amis de Mandres ont demandé aux adhérents et à des personnes « de métier », anciens et nouveaux, si ce projet municipal était « le
meilleur pour Mandres ». Une réponse massivement négative a été donnée. Les arguments ne manquent pas pour étayer un, voire deux contre-projets qui respecteraient plus clairement, plus
honnêtement, plus efficacement, les impératifs scolaires, l’équilibre écologique, les finances de la commune et l’intérêt général des mandrions. C’est ce qu’il faut s’appliquer à faire connaître.
Gageons que si une décision venait à être prise aujourd’hui par le conseil municipal, fût-ce par posture obligée, respectueuse de promesse électorale, les parents d’élèves en âge d’être
scolarisés actuellement ne verraient pas la « nouvelle école » avant d’être grands-parents ! Mais gouverner c’est prévoir, n’est-il pas ?


 Quant au « poumon vert », il n’a plus grand avenir à
Mandres : la verdure est plutôt privée que publique ; l’asphyxie menace ! Par comparaison, l’environnement semble faire l’objet d’attentions réelles chez nos voisins, à
Villecresnes, Périgny, Boussy… dont l’ampleur des projets est révélatrice d’une véritable vision d’avenir pour les populations, commerçants, jeunes en âge ou non d’être scolarisés, agriculteurs
encouragés à poursuivre leur exploitation, personnes qui circulent, à pied, en automobile, par autobus, pour aller travailler ou pour leurs loisirs (…et donc parfois, à
cheval !)


 A Mandres, ce que le citoyen peut savoir des discussions « en cours » (…en cour restreinte)
autour d’un improbable P.L.U. conduit à penser que clarté, honnêteté (intellectuelle, bien sûr) efficacité, ne sont pas de rigueur; tranquillité, (qui n’est pas du tout synonyme de
sécurité) frilosité, impuissance (de décision, bien entendu) semblent être les maîtres mots de « l’action municipale » qui préfère contourner, plus qu’affronter
franchement, les dossiers vitaux pour l’avenir de notre commune.


 La « pifométrie » dites-vous, n’est pas un outil fiable, encore moins une science exacte,
« c’est bien vrai, çà ! ». Pourtant c’est un outil largement répandu avec plus ou moins d’aplomb dans les affaires publiques locales, de la commune à l’intercommunalité du Plateau
Briard. Et les services préfectoraux pourraient bien être amenés à le reprocher à tous, un jour prochain, très officiellement!


Jean Jacques Gervais-secrétaire adjoint des Amis de Mandres. 


 *******************************************************


Réponse n° 3,par J.P.NICOL:


Monsieur Z souhaite la construction d'un groupe scolaire à Mandres. Ça tombe bien, nous aussi.


Monsieur Z se contrefiche des embouteillages à Mandres. Çà tombe mal, pas nous.


Monsieur Z insinue que des intérêts cachés guident notre action. Cela s'appelle une calomnie. Nous méprisons le procédé.


Monsieur Z refuse de voir aux Charmilles un espace vert. Dommage ! Il y existe un mûrier quadri centenaire et, encore, de nombreux arbres. Nous
voulons davantage d'arbres et préserver la qualité de vie des mandrions.


Monsieur Z nous accuse de ne pas avoir lu le dossier, ni d'avoir participé aux réunions. Et pour cause ! Les Amis de Mandres ont été écartés du
groupe de travail, en dépit de leurs demandes réitérées.


Monsieur Z ne veut voir qu'une seule solution. C'est un choix personnel. Mais ce n'est pas le nôtre. Car, d'autres solutions sont ouvertes. Et le
souci de l'intérêt public comme l'éthique de la démocratie, commandent qu'on en discute. Sans a priori, ni invectives.S'il vous plaît, monsieur Z, argumentez!


 



Présentation

  • : LES AMIS DE MANDRES
  • LES AMIS DE MANDRES
  • : Environnement et action culturelle: défense du patrimoine local, concerts,expositions, Histoire locale
  • Contact

Articles Récents